Médaille Dragon Protecteur des Anciens

18,00

Mythes et Réalité sur la puissance du Dragon Chinois.

Si les dragons occidentaux semblent principalement être des créatures maléfiques et dévastatrices (à quelques exceptions près, n’oublions pas les dragons protecteurs du pays de Galles et d’Angleterre),…

Effacer
SKU: D103 Catégorie: Tags:

Description

Médaille Dragon Protecteur des Anciens

Mythes et Réalités sur la puissance du Dragon Chinois

Si les dragons occidentaux semblent principalement être des créatures maléfiques et dévastatrices (à quelques exceptions près, n’oublions pas les dragons protecteurs du pays de Galles et d’Angleterre), les dragons en Orient, en particulier en Chine, sont des êtres bénéfiques et même très compatissants à la misère humaine, bien que dans certains cas ils puissent se révéler plutôt néfastes. Le dragon oriental est une créature beaucoup plus complexe que son homologue occidental. Le corps du dragon en chine est très structuré, il est constitué d’éléments de neuf animaux différents. Parmi ceux-ci, les 117 écailles qui couvrent son corps, sont celles d’une carpe. 81 d’entre elles sont imprégnées d’une substance bénéfique (Yang), les 36 autres d’une substance néfaste (Yin).

La vie et le développement du dragon sont très précisément connus. Il peut voler dans les airs même en l’absence d’ailes, grâce à la crête couronnant sa tête, les particularités du dragon mâle résident dans la perle de pouvoir et de sagesse qu’il dissimule dans sa gorge. La croissance d’un dragon dure 3000 ans, au terme desquels on peut le considérer comme adulte. Le premier millénaire se passe sous la forme d’un œuf de pierre précieuse duquel finit par sortir un serpent d’eau. Il reste 500 ans sous cette forme, après quoi sa tête prend la forme de celle d’une carpe. Les écailles apparaissent ensuite, mais sa forme générale reste celle d’un serpent avec quatre membres grêles (On pense immanquablement au Scinque, animal souterrain sans pigmentation avec de minuscules membres de chaque coté de sa tête). Viennent ensuite la barbe et quatre serres d’aigle à chaque patte, ainsi que deux oreilles qui néanmoins ne lui permettent pas d’entendre, c’est pourquoi ce stade est appelé Kiao-Lung (dragon sourd). 500 ans plus tard, apparaîtront les deux cornes de cerf qui lui permettront d’entendre. A ce stade il sera dénommé Kioh-Lung, la forme la plus courante du dragon chinois. Mais celui-ci n’est encore qu’un adolescent. Il lui faudra encore 1000 ans pour devenir adulte et se parer d’une superbe paire d’ailes, il sera alors devenu un Ying-Lung. A ce stade , on peut discerner 4 types de dragons : -Le Tien-Lung ou dragon céleste. Il joue le rôle de gardien et concierge des demeures des dieux. -Le Shen-Lung ou dragon spirituel. Ses écailles sont d’azur, il est le seigneur des tempêtes et de la pluie. C’est lui le symbole de l’empereur, il possède cinq griffes à chaque patte. -Le Ti-Lung, dragon de la terre et des cours d’eau. Il passe l’été dans le ciel et l’automne dans la mer -Le Fu-Ts’Ang-Lung est le gardien des trésors enfouis dans la terre. On connaît d’autres dragons chinois familiers : -Le dragon jaune ou cheval-dragon, sorti du fleuve Lo pour enseigner le Yi-King aux êtres humains. -Le Lu-Wang, immortel roi-dragon du feu à corps humain et tête de dragon, il habite un palais au fond de l’océan. -Le dragon du tonnerre aux écailles d’obsidienne. Il se transforme souvent en enfant chevauchant une carpe. -Le Tao-T’ieh. Il n’a une tête et deux corps de dragon. Il est symbole de gloutonnerie, car il doit avaler la nourriture nécessaire à deux corps avec une seule bouche. Il fut exilé au 2ème millénaire Av. JC. Par l’empereur Shin au plus profond de l’espace. -Le Yu-Lung. Dragon en forme de poisson, symbole de réussite aux examens (dans la Chine ancienne, il s’agissait d’examens littéraires, bien entendu).

Au Japon, on connaît bien sûr d’autres formes de dragons, généralement inspirés ou cousins germains (si l’on peut dire) des dragons chinois. Mais le dragon japonais se pare plus volontiers d’aspects mélancoliques ou terrifiants. On peut citer un dragon à huit têtes qui affronta Suzanoo, le frère d’Amateratsu (déesse tutélaire de l’île) pour l’amour d’une belle. Comme au pays de Galles, c’est en enivrant le dragon que Suzanoo en viendra à bout. Les dragons au Japon sont volontiers aériens et se transforment en oiseau, souvent pour annoncer des catastrophes, épidémies, guerres, tremblements de terre, etc…O-Gon-Cho, un dragon-oiseau de la région de Kyoto a été vu pour la dernière fois en Avril 1834, peu avant le déclenchement d’une terrible épidémie. On le voit, les dragons japonais ont des caractères plus sinistres que leurs homologues chinois. Peut être est-ce en rapport avec le coté plus dramatique de l’histoire de l’île, habituée pendant des siècles aux carnages guerriers, soumise aux ravages des tremblements de terre. Lung Wang, roi-dragon Hai Riyo, dragon-oiseau Toujours est-il que les dragons chinois avec leur subtil mélange d’aspects bénéfiques et néfastes, toujours en faveur du coté bénéfique (81 écailles bénéfiques contre 36 néfastes) semblent nous renvoyer une image pas trop erronée de l’âme humaine, cette fameuse « anima-animus », chère à C.G. Jung, capable du meilleur comme du pire. Ils constituent un excellent miroir, propre à nous interdire de nous considérer comme des êtres tendant uniquement vers le bien ou uniquement vers le mal, et nous rappellent que toute chose dans l’univers est constituée d’un fragile équilibre entre des tendances contradictoires.

Pour les psychanalystes, l’image du dragon, tant dans les rêves, l’iconographie ou les motifs des contes et des mythes, représente le principe de transcendance qui permet à l’individu d’accéder à un niveau de conscience où il réalise la plénitude de son être en acceptant une bonne part de son inconscient et en se libérant d’une éventuelle dépendance ou inhibition face à l’image de la mère. Cette interprétation est intéressante à rapprocher du mythe mésopotamien de la création avec le combat de Marduk contre sa mère, le dragon Tiamat. Sur le plan de l’image, la symbolique transcendantale du dragon est pleinement réalisée lorsque l’on est en présence du dragon ailé quadrupède, qui représente une combinaison des univers terrestres par ses pattes, aquatique en tant que reptile, et aérien par ses ailes. Symbole complexe et ambigu, le dragon représente les démons que l’être humain doit vaincre en lui-même ou accepter, pour accéder à un niveau de conscience plus évolué que celui de l’état de nature ou d’animal.

On retrouve bien sur nombre de dragons dans la littérature enfantine contemporaine où il est très rare qu’ils soient symboles du mal absolu. Ils y sont généralement présenté comme de gentils monstres très anciens, amis des enfants et bien désolés lorsqu’ils crachent accidentellement le feu malgré eux. Leur morphologie fait souvent penser à de gentils dinosaures. A eux seuls, ils représentent l’univers merveilleux et féerique ouvrant la porte sur le monde du rêve et de l’imaginaire.

Archétype fondamental de l’imaginaire humain, le dragon semble avoir toujours existé dans toutes les cultures et sur tous les continents. Selon l’époque et le lieu, il peut revêtir des symboliques bien différentes. Sa morphologie a-t-elle été inspirée par l’image des dinosaures surgissant d’une mémoire originelle provenant des couches profondes de l’évolution de la vie ou bien dérive-t-elle de la vue de lézards géants à crêtes ? Peu importe, il est un des symboles de l’imaginaire humain. Depuis que l’Homme est Homme, il a toujours hanté nos rêves, il est symbole d’éternité et de sagesse, souhaitons qu’il le reste encore longtemps, pour l’éternité.

Maintenant vous connaissez la force symbolique attribuée aux Dragons. Depuis plus de 7000 ans, cette représentation a conquit tous les peuples de la terre. La force spirituelle accordée au Dragon en à fait un pentacle d’une puissance encore jamais égalée à nos jours. Invoquer le Dragon c’est appartenir à une caste de gagnant. Chaque jour, des millions de personnes font appelles à la puissance du Dragon pour adoucir leur misère, trouver du travail, gagner aux jeux de hasard, et bien d’autre chose encore. C’est pour tous ceux qui n’ont pas la possibilité de fréquenter les temples d’Asie ou de posséder une représentation du Dragon que ce magnifique objet à été créé.

La Montre Dragon, spécialement conçu et réalisé dans la plus pure tradition talismanique. C’est sous l’égide de Grands Prêtres bouddhistes dans l’un des Temples les plus anciens, qu’a été déterminé sa forme afin de dégager toutes ses polarités bénéfiques. Le principe en fonction du Yin et du Yang a été respecté dans sa plus stricte interprétation. La force symbolique du Dragon est à présent en  permanence auprès de celui qui la possède.

Son pouvoir est certain. Les aiguilles de la montre, marque le temps dans son infini. Comme le Dragon, Cette montre à une durée de vie équivalent. Chaque tour de cadrant transmet à l’œil du Dragon, des ondes positives qui vont entourer son porteur. La réalisation des rêves devient réalité. Une chance insolente dans les jeux de hasards défi l’entendement. L’esprit de celui qui la porte est plus rapide, plus vigilant. En quelque sorte, il décuple l’intelligence de son porteur.

Dans la pratique, il suffit que de temps en temps, en tenant la montre Dragon dans la main gauche (la plus près du cœur). Ensuite, de frotter l’œil du Dragon avec son pousse. Rapproché d’une source vive de lumière, apportera une énergie supplémentaire à votre montre Dragon

Informations complémentaires

couleur

Argenté, Doré

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires.

Soyez le premier à évaluer “Médaille Dragon Protecteur des Anciens”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X
×

Bonjour!

Cliquez sur un de nos conseillé en ligne ci-dessus pour discuter sur Whatsapp ou envoyez-nous un e-mail à contact@medailleinfo.com

× Comment puis-je vous aider ?